samedi 29 mars 2014

La généalogie fête Internet !

  



   A mon tour de fêter Internet ! Mais avant toute chose, je voudrais m'excuser auprès de vous, lecteurs du blog, qui affluent chaque jour par millions, que dis-je par milliards, sur mon blog, pour mon absence dû à une panne de PC et une réparation qui a duré plus longtemps que prévu mais tout ceci c'est du passé et même si le généalogiste que je suis aime bien vivre dans le passé afin de découvrir ou redécouvrir ses ancêtres, il y a des cas où il faut savoir avancer et celui-ci en est un, incontestablement.

   Donc, comme je vous le disais, c'est à mon tour de fêter Internet par le biais de l'"opération" lancée par Sophie Boudarel qui consiste à expliquer pourquoi on a fait un blog de généalogie et à mettre en lumière un autre blog.

   Dans un premier temps, plutôt que de vous expliquer pourquoi j'ai fait un blog et de répéter des choses que j'ai sûrement dites maintes et maintes fois ici voire sur les réseaux sociaux ou en commentaires d'autres articles sans compter le fait que je vais inévitablement répéter ce que d'autres ont déjà dit, je préfère vous renvoyer vers un article que j'avais écrit peu après la création du blog de votre humble serviteur dans lequel je parlais de l'intérêt pour un généalogiste de créer un blog ou un site généalogique. Cela permettra même peut-être de relancer le débat et comme tous les avis sont bons à prendre...

   Dans un second temps, le blog que je souhaite mettre en lumière est le mien. Non, je plaisante bien sûr. Le blog que je vais mettre en vedette est celui de Stéphane Cosson appelé très simplement "Généalogie blog" car j'aime beaucoup sa vision du métier de généalogiste et de la généalogie en général. De plus, c'est le premier blog de généalogie que j'ai commencé à suivre de manière assidue et pour avoir eu l'occasion d'avoir quelques discussions avec lui, je suis en mesure de vous certifier que c'est une personne ouverte, sympathique et qui connaît très bien cette noble et belle activité qu'est la généalogie.

   Voilà, la fête est terminée pour moi. Et n'oubliez pas d'aller faire un tour sur le blog de Stéphane Cosson, c'est très sympa et on y est toujours bien reçu. En plus, il vient de fêter Internet lui aussi (-;

mercredi 12 mars 2014

Solange est morte ! Vive Solange !





   Comme tous les généalogistes le savent, il arrive qu'au hasard de nos recherches et promenades généalogiques, nous faisions des découvertes qui nous procurent plus d'émotions que d'autres et qui font que nous nous en souvenons toute notre vie au contraire d'autres trouvailles qui ne nous marquent pas plus que cela. C'est ce qui m'est arrivé lorsque je me suis baladé dans les archives des registres paroissiaux de la ville d'Anjouin dans le département de l'Indre se situant en région Centre, endroit dont sont originaires un nombre important de mes ancêtres, à la recherche d'actes de baptême, de mariage et/ou de sépulture capables de me faire avancer dans cette quête effrénée et interminable qu'est la généalogie.


   En premier lieu, je tombe sur l'acte de sépulture de Solange Ry ( qui est orthographié à cette époque également Rit selon les actes ), fille de Jean ( mon oncle à la 7éme génération ) et d'Elisabeth Penigault, décédée le 1er mai 1788 à l'âge de 3 ans. Jusque-là, rien d'extraordinaire, il est toujours désolant de savoir qu'un enfant est mort si jeune mais à cette époque-là, ce n'est pas surprenant et même assez courant notamment dans ce genre de familles assez pauvres.
   Mais, en second lieu, je fais la découverte de l'acte de baptême d'une autre Solange Ry, fille de François et de Françoise Larue, née le le 2 juin 1788. Là aussi rien d'extraordinaire sachant qu'une naissance est bien évidemment toujours un événement heureux dans une famille surtout quand on sait que c'est le premier enfant du couple qui s'est marié un peu plus d'un an auparavant. Cependant, cela devient intéressant quand on sait que François est le frère de Jean, qu'ils vivent à moins de 4 kilomètres de distance l'un de l'autre et que François est le parrain de deux enfants de Jean. En ayant toutes ces informations en main, on peut aisément penser que c'est en hommage à sa nièce morte un mois avant à peine que François a décidé d'appeler sa fille Solange tout comme elle. J'ose à peine imaginer ce que Jean a dû ressentir quand son petit frangin est venu lui dire que sa fille est née et qu'il allait la prénommer comme cela.

   En tout cas, ce qui est sûr, c'est que c'est une belle histoire de famille. Solange est morte ! Vive Solange ! Et vous, qu'en pensez-vous ?

vendredi 28 février 2014

#Geneatheme - Germaine Rhit, celle qui écrivait

  
   Pour le troisième et dernier article relatif au #geneatheme en lien avec les documents généalogiques importants, je vais vous parler d'une personne que je vous ai présenté de manière très brève ici même sur le blog à la suite d'un challenge qui nous demandait de parler d'un ancêtre en seulement cent mots ce qui est, je vous l'accorde, un exercice plutôt difficile et périlleux mais que je pense, ceci dit, sans vouloir me vanter, avoir réussi avec brio.
   Mon arrière-grand-mère, car c'est d'elle dont on parle, s'appelait Germaine Rhit et est décédée en 2004 après avoir passé sa vie en asile et en maison de repos en Bourgogne à Auxerre et à Vermenton notamment. Même si elle est morte longtemps après ma naissance et que je me suis intéressé assez rapidement à la généalogie, je n'ai jamais tellement eu de contacts avec elle et maintenant que je suis plus vieux et mature, je le regrette amèrement.
   Il y a quelques années, mes parents ont déménagé. Je les ai logiquement aidé dans cette entreprise de démontage de meubles, de tri d'objets et de port de cartons qu'on a tous connu au moins une fois dans sa vie. Et il se trouve qu'à un moment donné, nous sommes retombés sur des vieilles lettres que celle qui était la grand-mère de mon père avait envoyé à mes parents dans les années 80 alors que je n'étais qu'un enfant. Je les ai évidemment récupérées et je les ai lues. Elles ne m'ont pas apporté grand chose dans l'avancement de ma généalogie et c'étaient des courriers plutôt banals dans lesquels elles demandent des nouvelles de la famille et donnent des siennes tout en sachant, comme vous vous en doutez, que la vie dans une maison de repos de l'Yonne n'a rien d'extraordinaire ou de bien palpitant. Cependant, ces écrits montrent bien ce qui était sa solitude, sa tristesse, son désarroi face aux journées passées loin de ses proches, de sa famille, de son fils notamment et j'ai encore plus regretté mes jeunes années où je m'intéressais déjà à la généalogie mais pas encore de la bonne manière. Car oui, la généalogie c'est aussi cela, pouvoir savoir ce qu'ont pu vivre et ressentir nos anciens.
   C'est donc là-dessus que je boucle la boucle de mes articles concernant le #geneatheme du mois de février. Sur ces courriers qui sont aussi, comme peuvent l'être des actes d'état civil, des recensements, des archives notariales ou judiciaires, des registres matricules...etc...des documents importants dans une généalogie.

jeudi 27 février 2014

#Geneatheme - Louis Dion, celui qui a combattu




   Pour la deuxième édition du #geneatheme du mois de février initié par Sophie Boudarel du blog "Gazette des Ancêtres", je vais vous rediriger vers un article que j'avais écrit en 2012 sur mon arriére-grand-pére natif de Roubaix dans le Nord alors n'hésitez pas à cliquer ici pour redécouvrir cet article sur celui que je considère comme un héros. Et si vous voulez découvrir le registre matricule sur lequel tout est écrit, c'est ici à la page 401.

   A demain pour le troisième et dernier article relatif au #geneatheme du mois du février sur les documents importants de notre généalogie.


mercredi 26 février 2014

#Geneatheme - Julie Rhit, celle qui fait le lien

 




   Le #geneatheme du mois de février ( qui touche bientôt à sa fin ) concerne les documents généalogiques qui ont pu nous marquer, qui sont importants pour nous et notre généalogie, qui représentent quelque chose d'essentiel...etc...
En ce qui me concerne, ça a été trés dur de choisir donc ce que je vais faire, c'est parler de trois documents qui répondent à la description de ce que j'ai cité plus haut sachant que j'ai déjà parlé de certains sur le blog ici même mais ce sera l'occasion d'en reparler et d'en apprendre à certains nouveaux venus ici-même et d'ailleurs je vous remercie car nous allons bientôt atteindre les 50000 pages vues mais là n'est pas le sujet, je m'égare...
Je vais donc vous parler aujourd'hui, demain et après-demain de ces documents qui, à mon sens, présentent une grande importance dans ma généalogie. Je ne vais pas contre pas m'épancher sur ces sujets ( sauf peut-être pour un ) car je veux donner la priorité au document en lui-même ( c'est un choix purement personnel qui portera sûrement à critique et je le comprends tout à fait ).




   Pour commencer, je vais parler d'un acte dont j'ai déjà évoqué l'existence quand je me suis fait interviewer par la sympathique Elisabeth Zetland pour le blog francophone de MyHeritage. Il s'agit de l'acte de naissance de Julie Rhit qui est l'arrière-grand-mère de mon grand-père paternel. C'est elle qui fait le lien entre les Rhit "marseillais" issus de l'union de mon grand-père avec ma grand-mère du côté de mon père et les Rhit "berrichons" ( si vous voulez en savoir plus, je vous invite à aller lire l'entretien ) sachant que mon papi a été abandonné très jeune par mon arrière-grand-mère et qu'il est né de père inconnu donc on en savait peu sur ses origines à la base. Il y a beaucoup de Rhit dans le Berry, j'étais persuadé qu'un lien existait car c'est un nom peu répandu en France et les faits et les recherches m'ont donné raison.

   C'est tout pour aujourd'hui. A demain pour la suite du #geneatheme du mois de février !